Il fut un temps où la France avait le meilleur système de santé au monde.

mercredi 10 janvier 2018
Par jefdelhaye

 Je vous propose d'écouter l'intervention d'un député s'exprimant dans la discussion à l'Assemblée Nationale sur le Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018.

Il s'agit de Clémentine Autain membre du groupe de la France Insoumise:

"Il fut un temps où la France avait le meilleur système de santé au monde. C'était en 1995, la France était classée première. Elle est aujourd'hui au 24ème rang mondial."

"Ne parlez pas d'acquis sociaux, parlez de conquis sociaux" parce que les possédants ne désarment jamais, comme le disait Ambroise Croizat, un des pères fondateurs de la sécurité sociale.

À Sevran et Villepinte, les hôpitaux René Muret et Robert Ballanger peinent à assurer un accompagnement humain des patients, faute de moyens, entraînant la souffrance des patients et des soignants."

Même chose à Annecy et partout en France. Le gouvernement a délibérément choisi de sacrifier la sécurité sociale, tout le système de solidarité qui faisait autrefois de la France un modèle républicain, pour faire de la santé une marchandise de luxe réservée aux plus riches qui pourront accéder au marché de la médecine privée hautement lucrative.

Petit rappel: Librinfo74 à besoin de votre soutien pour exister.
Rdv sur la page abonnements pour vous abonner et avoir accès au contenu payant (conférences filmées/archives du JOURNAL papier) ou faire une donation. Merci.

2 commentaires sur “Il fut un temps où la France avait le meilleur système de santé au monde.”

  1. michel74

    LE CONSEIL DE L’UNION EUROPEENNE on le connait pas, on n’a pas voté pour lui, qu’il passe son chemin.

    #142565
  2. Jacqueline

    LE CONSEIL DE L’UNION EUROPEENNE RECOMMANDE que la France s’attache, au cours de la période 2017-2018, à:

    1) | se conformer à la recommandation du Conseil du 10 mars 2015 au titre de la procédure concernant les déficits excessifs; poursuivre des efforts budgétaires importants en 2018, conformément aux exigences du volet préventif du pacte de stabilité et de croissance, en tenant compte de la nécessité de conforter la reprise actuelle et de garantir la soutenabilité des finances publiques de la France; réexaminer de manière exhaustive les postes de dépenses dans le but de réaliser des gains d’efficacité qui se traduisent par des réductions de dépenses;

    2) | consolider les mesures de réduction du coût du travail afin d’optimiser leur efficacité de manière budgétairement neutre et d’accroître leurs effets sur l’emploi et l’investissement; élargir l’assiette globale de l’impôt et poursuivre la mise en œuvre de la diminution prévue du taux nominal de l’impôt sur les sociétés;

    3) | améliorer l’accès au marché du travail des demandeurs d’emploi, notamment les travailleurs les moins qualifiés et les personnes issues de l’immigration, y compris en revoyant le système d’enseignement et de formation professionnels; veiller à ce que les évolutions du salaire minimal soient compatibles avec la création d’emplois et la compétitivité;

    4) | poursuivre la réduction des charges réglementaires pesant sur les entreprises, y compris en poursuivant le programme de simplification; continuer à lever les barrières à la concurrence dans le secteur des services, y compris dans les services aux entreprises et les professions réglementées; simplifier les programmes de soutien public à l’innovation et en améliorer l’efficience.

    Fait à Bruxelles, le 11 juillet 2017.

    http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR-EN/TXT/?uri=CELEX%3A32017H0809(09)&from=EN

    #142551

Laisser un commentaire

Rechercher

Pourquoi pas?

Archives

highslide for wordpress