« In Annecy mountains » en patois globish, ça cartonne.

samedi 23 décembre 2017
Par jefdelhaye

Dans le magazine de l'agglomération, le « Grand Annecy », il ne faut pas lire seulement la page 15, page publicitaire (cf. article de librinfo74) éhontée en faveur d'un centre des congrès qui défigurerait la presqu'île d'Albigny, il faut aussi ne pas rater la première page où figure l’édito du président de la ville nouvelle, M. Jean-Luc Rigaut.

In Annecy Mountains»: c'est désormais en ces termes que notre territoire rayonnera au-delà de ses frontières !.. »

C'est un phénomène bien connu, quand un peuple est colonisé, il adopte le langage du colonisateur. Et quand il est assez stupide pour être fier de sa dépossession il délaisse sa langue et sa culture, dont il a honte, et fait étalage avec pédanterie de son avancement dans la soumission.

Selon la constitution, la langue française est pourtant la langue officielle de la république.

Après nous avoir dépossédés, de manière terriblement violente, de la démocratie de décider au niveau des communes, voilà qu'on nous impose de parler la langue de l'Empire, dans la négation complète de l'article II de la Constitution et de la loi Toubon qui interdit ce type de dénomination.

La langue française n'a pourtant pas à rougir de son histoire, de sa littérature, de ses poètes, de tous ceux qui l'ont utilisée avec passion pour résister à toutes les occupations, à toutes les tentatives d'asservissement.

Quelle misère qu'un élu censé représenter le contrat républicain éprouve le besoin de vendre notre région comme une savonnette et tombe, pour ce faire, dans cette flagornerie au pouvoir économique qui préfère, évidemment, la langue de Trump à celle de Victor Hugo !

 

 

 

 

Tags:

Petit rappel: Librinfo74 à besoin de votre soutien pour exister.
Rdv sur la page abonnements pour vous abonner et avoir accès au contenu payant (conférences filmées/archives du JOURNAL papier) ou faire une donation. Merci.

3 commentaires sur “« In Annecy mountains » en patois globish, ça cartonne.”

  1. Jacqueline

    Un jugement qui fera date et que les défenseurs de la diversité linguistique se doivent de faire fructifier partout contre le tout anglais imposé par les multinationales….

    Justice : l’emploi de termes anglais comme marque est interdit aux établissements publics

    Motif de la décision du 7 septembre 2017 :

    Annulation pour méconnaissance de l’article 14 de la loi du 4 août 1994. Injonction de mettre le logo de l’université de recherche PSL Research University en conformité avec les dispositions de la loi du 4 août 1994 au plus tard à la rentrée universitaire 2018­-2019.

    En voici le dispositif :

    Article 1er : La décision implicite de rejet opposée par l’université de recherche Paris Sciences et Lettres à la demande de l’association Francophonie Avenir tendant au retrait de la mention anglaise du logotype de l’université est annulée.

    Article 2 : Il est enjoint à l’université de recherche Paris Sciences et Lettres de procéder au retrait de la mention ” Research University ” de son logotype sur l’ensemble des supports sur lesquels il figure, d’ici le 15 septembre 2018.

    Article 3 : L’université de recherche Paris Sciences et Lettres versera à l’association Francophonie Avenir la somme de 50 euros au titre de l’article L. 761­1 du code de justice administrative.

    Article 4 : Les conclusions de l’université de recherche Paris Sciences et Lettres au titre de l’article L. 761­1 du code de justice administrative sont rejetées.

    Article 5 : Le présent jugement sera notifié à l’association Francophonie Avenir et à l’université de recherche Paris Sciences et Lettres

    1 – L’Université Paris Sciences et Lettres est constituée des Etablissements suivants : l’École normale supérieure, de l’Institut Curie, de l’École des Arts décoratifs, de l’École des mines, de l’Université Dauphine, de l’Observatoire de Paris, de l’ESPCI, du Collège de France. Pour en savoir plus sur l’usage du logo PSL Research University Paris.

    2 – Voici le texte de l’article 14 de la loi du 4 août 1994 :

    I. L’emploi d’une marque de fabrique, de commerce ou de service constituée d’une expression ou d’un terme étrangers est interdit aux personnes morales de droit public dès lors qu’il existe une expression ou un terme français de même sens approuvés dans les conditions prévues par les dispositions règlementaires relatives à l’enrichissement de la langue française.

    Cette interdiction s’applique aux personnes morales de droit privé chargées d’une mission de service public, dans l’exécution de celle-ci.

    PSL n’a pas fait appel, le jugement est donc confirmé et vaut jurisprudence. Régis Ravat

    #142401
  2. Jacqueline

    Il faut lire, aussi, les pages 18 et 19… « Désormais, ce territoire parlera d’une seule voix »… entendre « la voix de son maître »!
    « La marque « In Annecy mountains » cherche des ambassadeurs. », traduire des moutons de Panurge, prêts à « laisser faire, laisser passer » la langue unique accompagnée de la nécessaire servitude volontaire.
    Toutes sortes de décideurs politiques, économiques, culturels, choisissent de substituer le business globish aux expressions françaises : c’est la stratégie « communication » des chasseurs de profits. Cette entreprise soustraite au débat citoyen (par la réforme territoriale imposée par l’UE) vise à instituer le Grand Marché Transatlantique avec sa langue des affaires et de l’entreprise.
    Dans cette configuration générale de relégation du français au profit du tout-anglais, de pensée et d’économie unique, d’uniformisation culturelle et de discrimination entre l’élite mondialisée et les dominés méprisés baragouinant le globish, il est urgent d’appeler à la résistance organisée.

    #142343
  3. Elise

    je trouve INADMISSIBLE que la population n’ai pas été interrogée sur ce slogan hors la loi.
    Annecy, un des joyaux FRANÇAIS est américanisé…….à quand le « black lake » suivant le « black friday » ?

    #142327

Laisser un commentaire

Rechercher

Pourquoi pas?

Archives

highslide for wordpress