Elections régionales au Venezuela : large victoire du chavisme.

lundi 16 octobre 2017
Par jefdelhaye

Les médias occidentaux sont restés très discrets sur  les résultats des élections régionales au Venezuela qui ont, hier, confirmé la légitimité du gouvernement de Nicolas Maduro.

L'Empire financiaro-politiques mondialisé fera tout pour écraser l'insoumis et les médias du fric n'ont pas fini de multiplier les accusations mensongères les plus ignobles.

C'est pourquoi nous relayons cet article de Thierry Deronne, journaliste belge résident au Venezuela depuis de nombreuses années, qui nous permet d'accéder à une information alternative.

Lire l'article.

 

Petit rappel: Librinfo74 à besoin de votre soutien pour exister.
Rdv sur la page abonnements pour vous abonner et avoir accès au contenu payant (conférences filmées/archives du JOURNAL papier) ou faire une donation. Merci.

3 commentaires sur “Elections régionales au Venezuela : large victoire du chavisme.”

  1. Fernando Strédel B.

    A propos du Venezuela !

    Peut-on parler d’élections libres à propos de ce qui s’est passé, dimanche 15 octobre 2017 au Venezuela ? Peut-on parler de légitimité sortie des urnes ?
    A la lumière des faits, les réponses viendront d’elles-même.
    1) L’instance chargée de l’organisation des élections au Venezuela, le conseil national électoral (c.n.e.), est dirigée par cinq recteurs. Quatre d’entre eux sont d’obéissance officielle et un seul représente l’opposition. De ce fait, les décisions de cette instance favorisent ouvertement le parti officiel. Le c.n.e. est présenté comme le pouvoir électoral (innovation de la constitution nationale de 1999), théoriquement indépendant des autres pouvoirs – exécutif, législatif et judiciaire – mais en fait, il est l’obéissant bras électoral du pouvoir exécutif.
    2) Les élections (régionales) du dimanche 15 octobre 2017 auraient dû avoir lieu en 2016, de même qu’un référendum révocatoire inscrit dans la constitution nationale, prévu pour 2015. Dans les deux cas, ces consultations électorales ont été, retardée pour la première et annulé pour le second, par décision des quatre recteurs officiels du c.n.e., contre l’avis, dans ce cas-ci, de plus de deux millions de personnes qui avaient signé pour demander la tenue du référendum révocatoire.
    3) Les partis d’opposition avaient organisé des primaires pour désigner un seul candidat à présenter, par état, dans les élections régionales, mais le c.n.e. a fait apparaître dans l’écran informatisé servant à la consultation électorale de ce dimanche, tous les candidats d’opposition ayant participé dans les primaires, dans le but inavoué mais évident de semer la confusion dans l’électorat d’opposition; en effet, tous les choix portés sur les candidats ayant été battus dans les primaires et qui avaient donc désisté de leur candidature étaient considérés évidemment comme nuls.
    4) Le c.n.e. a procédé au déplacement de plus de deux cents centres d’élection, seulement dans les zones considérées comme peu favorables aux candidats officiels et ce, y compris jusqu’au vendredi 13 octobre 2017, deux jours avant la consultation électorale.
    5) Les forces de l’ordre, censées veiller au bon déroulement de la consultation électorale, dans certains centres d’élection, ont empêché des représentants des partis d’opposition d’accéder à l’endroit où se comptabilisaient les résultats.
    6) Des témoignages de proches, dignes de toute notre confiance, font état de l’achat de voix et de la menace de maisons brûlées pour contraindre les gens à voter en faveur des candidats officiels. Par ailleurs des menaces de licenciement envers les travailleurs des administrations, ont fait partie de la panoplie du pouvoir pour obtenir des votes contraints.
    7) Les résultats annoncés par le c.n.e. sont exactement à l’inverse des prévisions. Il est étonnant qu’un régime rejeté par plus de 80% de la population obtienne un tel score. Cela ne s’explique que comme la conséquence d’une totale manipulation des chiffres.
    8) Ce n’est pas la première fois que le c.n.e. commet une telle fraude. Déjà le 30 juillet dernier, le régime chaviste avait monté des élections pour désigner une assemblée constituante, sans respecter les clauses constitutionnelles qui obligent à consulter préalablement, par référendum, la population de façon à savoir si le pays acceptait cette convocation d’assemblée constituante. Le c.n.e. est passé outre et a annoncé plus de huit millions de voix dans cette élection où il n’y avait que des candidats officiels. Or, la compagnie qui fournissait le logiciel électoral au régime a constaté plus d’un million de voix d’écart entre la réalité et l’annonce faite par le c.n.e.
    Il n’est sans doute pas utile d’aller plus loin et la réponse à la question du début est : non, ce ne sont pas de « élections libres » mais il s’agit bien d’une méga fraude de plus commise par le régime chaviste.
    Cette manipulation répétée des résultats des consultations électorales faite par le c.n.e. enlève toute légitimité au régime chaviste.
    Fernando Strédel Balliache.
    (citoyen vénézuélien)

    Nota bene :
    Je pense qu’il faudrait suggérer à ceux qui s’intéressent à l’Amérique Latine de mettre leurs pendules à l’heure, de procéder à une sorte d’aggiornamento, c’est-à-dire, de voir les faits actuels avec des yeux d’aujourd’hui, sans les préjugés acquis dans les années 70.
    Le temps est passé et bien heureusement, les dictatures militaires ont été révolues presque partout, sauf à Cuba, mais cette haïssable forme d’oppression fait son retour au Venezuela qui avait pourtant vécu quarante ans de démocratie entre 1958 et 1998.
    Cela peut sembler étonnant à plus d’un, mais aujourd’hui Maduro ressemble bien davantage à Pinochet qu’à Salvador Allende car il se moque de la volonté majoritaire des vénézuéliens, il est responsable de plus de 120 morts, assassinés par les forces de l’ordre pendant les manifestations pacifiques du mois d’avril jusqu’au mois de juillet de cette année au Venezuela et sa police politique possède des geôles qu’on connaît sous le nom de « tombeau » tellement elles sont lugubres et éloignées des normes qui respectent les droits de l’homme.
    Je voudrais terminer en disant que les gens qui se sentent solidaires des peuples (et c’est tout à leur honneur) ne doivent surtout pas se tromper dans le choix des destinataires de cette solidarité. Se montrer solidaires avec les populations, évidemment ! mais ne pas se leurrer en soutenant des cliques et des maffias qui les asservissent. Cela fait un moment que le chavisme a perdu son soutien populaire car les gens constatent tous les jours à quel point cela n’a été que mensonge et démagogie. Le chavisme a plongé le Venezuela dans la misère la plus totale (un kilo de viande coûte la même chose qu’un camion-citerne d’essence) et il faut accepter, bien à regret, de dire que le pays n’est plus un état de droit.
    F. S. B.

    #141582
  2. Jacqueline

    Oui, Jean! Et abonnez-vous au site internet « Venezuela Info » de Thierry Deronne qui, depuis 1994, participe, au Venezuela, à l’appropriation populaire des médias.
    https://venezuelainfos.wordpress.com/

    #141279
  3. greffioz jean

    Merci pour l’article !!! Pour les intéressés je recommande aussi le livre de Maurice Lemoine , ancien rédacteur du monde diplomatique ,  » les enfants cachés du général Pinochet » , indispensable s’il on veut comprendre le enjeux en Amérique latine et le rôle de l’OEA piloté par les Etats Unis …Les articles plus modérés voir soft de R Lambert sont aussi une source d’informations …

    #141276

Laisser un commentaire

Rechercher

Pourquoi pas?

Archives

highslide for wordpress