POÉSIE. « Serviteurs qui pillez la maison » (Victor Hugo).

jeudi 16 février 2017
Par jefdelhaye

victor hugo

Ruy Blas, survenant.

Bon appétit ! Messieurs !

Tous se retournent. Silence de surprise et d'inquiétude. Ruy Blas se couvre, croise les bras et poursuit en les regardant en face.

Ô ministres intègres !

Conseillers vertueux ! Voilà votre façon

De servir, serviteurs qui pillez la maison!

Donc vous n'avez pas honte et vous choisissez l'heure,

L'heure sombre ou l'Espagne agonisante pleure !

Donc vous n'avez ici pas d'autres intérêts

Que d'emplir votre poche et vous enfuir après !

Soyez flétris, devant votre pays qui tombe,

Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe!

- Mais voyez, regardez, ayez quelque pudeur.

L'Espagne et sa vertu, l'Espagne et sa grandeur,

Tout s'en va- nous avons, depuis Philippe Quatre

Perdu le Portugal, le Brésil, sans combattre ;

en Alsace Brisach, Steinfort  en Luxembourg ;

le Roussillon, Ormuz, Goa, cinq mille lieues

De cote, et Fernambouc, et les Montagnes-Bleues!

Mais voyez,- du ponant jusques à l'orient,

l'Europe qui vous hait, vous regarde en riant

 

Ruy Blas, acte III, scène 2, 1838.

Source:N°1.

Petit rappel: Librinfo74 à besoin de votre soutien pour exister.
Rdv sur la page abonnements pour vous abonner et avoir accès au contenu payant (conférences filmées/archives du JOURNAL papier) ou faire une donation. Merci.

Un commentaire sur “POÉSIE. « Serviteurs qui pillez la maison » (Victor Hugo).”

  1. schmilblick

    Y aurait-il que l’Europe ? Ce serait plus simple !!!!

    #136061

Laisser un commentaire

Rechercher

Voir aussi…

Pourquoi pas?

Archives

highslide for wordpress